Re-bonjour à tous!

L’objectif du blogue est principalement d’informer la population de triathlon de Rouyn et ses alentours (C’est toi ça Claude 🙂 ) et le monde (?) des stars de notre sport et de s’approprier les champions et championnes.  Les jeunes qui jouent au soccer savent c’est qui Messi et Christine Sinclair.  Les meilleurs joueurs de tennis au monde ?  Federer, Nadal, Williams.  Mais, la meilleure triathlète au monde c’est qui?  Qui sont nos championnes?  Vous devez le savoir, alors bonne lecture !

Pourquoi?  Regarder les courses, connaître les athlètes (les personnes, leurs histoires) ça personnalise l’expérience du sport. Vous pouvez suivre les champions (vos champions) sur les réseaux sociaux et en personne ici même au Québec,et plus important ça fait rêver les jeunes.  C’est ça le sport.  Faire rêver.

BON!  Sur ce, lors du dernier blogue j’ai indiqué que je vous présenterais les meilleures triathlètes au monde, mais après mûre réflexion (et réalisation que c’est énorme comme défi)  je dois scinder le triathlon en deux groupes; distance courte et distance ‘longue’.  Distance courte inclus les courses de la WTS (une série des plus gros événements de la ITU) et aussi la Super league, et la distance « longue » les demis et ‘full’ de ce monde.  Comparativement, peut-on vraiment comparer Usain Bolt et Mo Farah à la course à pied (?)  Non, alors ici je vous présente ma liste des meilleurs triathlètes femmes courte distance ‘en ce moment’.  Je clarifie parce que  ‘En ce moment’, en 2020, la seule course WTS aura lieu en fds (2020-09-04), alors que ma liste s’est beaucoup basée sur les courses ITU de 2016 et plus récent, la super league qui commence à faire des vagues (pour en connaître plus ici), les plus petites courses locales en France et ailleurs et mon humble opinion. Toutes les courses sont disponibles sur Triathlonlive (ici)  et je les ai toutes vues.

Quand ton coach te donne une longue, longue run (et il neige), rien de mieux sur le tapis roulant que de regarder une course.  Sérieux Triathlon Live ont toutes les courses ITU, ou des résumés des courses depuis 2009!

Avertissement/mise en garde #1:  Ceci est totalement subjectif de ma part et assurément sujet à controverse

Avertissement/mise en garde #2: J’ai raison!

Contexte

Comme tous les sports, être la championne et y rester n’est pas chose facile et ceci s’applique aussi au triathlon.  Les distances courtes en triathlon pour une pro c’est ±1 heure d’effort ‘au max’ (bien géré).  Ça prends des années au corps de développer la musculature, l’endurance, et la force pour les 3 sports (ainsi  que la ‘dureté du mental’) pour pouvoir aspirer être championne.

Première statistique, voici les championnes de la série WTS des dernières années. (Vous savez pas c’est quoi la WTS? aller ici) 

Il a quelques points intéressants à noter de ce tableau;

  • Championne du monde plus de deux ans…bonne chance!  (Ca démontre que être au top c’est pas facile)
  • Récemment une domination des anglaises ou américaines;
  • Progression de certains noms (Zafares)  et un nom éternel Angela Hewitt;
  • Anne Haug, la championne Ironman Hawaii 2019, a des podiums en courtes distances 7 ans auparavant;
  • Comme pour les hommes, la domination des années ‘1990 et 2000’ des Allemandes et Australiennes s’efface tranquillement;
  • La Bermude (?)

Voici une statistique intéressante pour tous les jeunes triathlètes qui pratiquent le sport.  Ça prend de la patience se rendre au top. Voici l’âge de ces championnes:

  • 2019: Zafares 30ans
  • 2018: Holland 32ans
  • 2016 & 17: Duffy 29 et 30ans
  • 2015: Jorgensen 29ans

Il y a des exceptions, mais vous allez voir dans les descriptions des meilleures plus bas que la progression peut être longue, ça prendre de la patience, et la dernière marche est haute!

(Clicker sur leur noms pour en savoir plus)

#1: Katie Zafares (USA)

Honnêtement le choix n’est pas facile.  Si on se fie aux stats plus haut, la fenêtre de Katie c’est MAINTENANT (ou l’an passé?). L’année 2020 est perdue au grand détriment de sa carrière et tous les bonus rattachés.  En 2019 elle a gagné plus de bourses que tout autre triathlète (homme ou femme) peu importe la distance (excluant les commandites).  Ça vous intrigue?  Allez (ici)

La progression de Katie est fulgurante sur le circuit ITU;

  • 2013: 42eme au monde
  • 2014: 16eme
  • 2015: 5eme
  • 2016: 4eme
  • 2017: 3eme
  • 2018 2eme
  • 2019: et voila #1

Le secret pour Katie? À part le désir, l’acharnement, la douleur et la patience: son partenaire Tommy!  Tommy, un des meilleurs nageurs papillon des États Unis, se converti en triathlete en 2010 et connait assez de succès pour participer dans la WTS (ici).  Reconnaissant qu’il ne sera jamais le champion dans ce sport, et avec les résultats de Katie, il consacre dorénavant sa carrière et son entraînement à être le meilleur partenaire d’entraînement de sa femme.  Résultat…accompli.  Le pouvoir d’un ‘squad!’ Tommy est aussi un des photographes du circuit ITU (ici) et vraiment drôle sur instagram.

Katie a dominé la Super League en 2019  (ici) sur des formats encore plus courts et plus explosifs que le triathlon sprint, et pour ceci je ne peux pas lui enlever la première place de mon classement.

Note intéressante #1;  voilà la stratégie de USA triathlon;  ils vont voir tous les athletes collégiaux de natation, de vélo et de course à pied qui ne pensent pas consacrer leurs vies dans leur sport faute d’être le meilleur et leur ouvrent la porte au multi sport tel le triathlon. Plusieurs talents s’essayent, et pour les femmes en triathlon ça fonctionne au USA!

Note intéressante #2:  sur la page facebook de Katie tu peux, à tout les soirs, faire 10 mins de ‘core’ avec elle et Tommy (et c’est absolument brutal)

#2 Jessica Learmonth (GB)

Présentement le triathlon féminin est dominé par les américaines, mais encore plus par les anglaises.  Une de ces anglaises qui commence à dominer le circuit est Jessica Learmonth.  Learmonth a commencé le triathlon en 2012 ( elle a commencé à 24ans!) et est nominée sur l’équipe élite de la Grande Bretagne en 2015 après une jeunesse sportive de nageuse élite, de golfeuse, et de joueuse de soccer à Leeds ( la ville des Brownlees).  Pourquoi mettre Learmonth si haut? Learmonth a 32ans aujourd’hui et suit la progression de Zafares de proche.  C’est maintenant sa fenêtre de dominance.

  • 2016: 59eme au monde
  • 2017: 6eme
  • 2018: 5eme
  • 2019: 2eme

En 2019 elle a fait les manchettes pour la photo que vous apercevez ‘main en la main’ avec Georgia Taylor Brown comme 1ere place à l’événement ‘test’ des jeux à Tokyo ( mais disqualifié!).  La fds passé, dans la Super League, premier test des pros en 2020 en salle, Jessica a DÉTRUIT tout le monde lors de la compétition intérieure (et a souffert incroyablement… ici!).

Malgré son age ‘avancé’ de 32 ans, 2020 et/ ou 2021 peuvent être les années Learmonth! A voir samedi!

#3: Flora Duffy (Ber)

Choix controversé en 3eme; Flora Duffy.  Flora est une vraie brute (une merveilleuse brute).  Voilà une des premières femmes en ITU depuis Nicola Spirig 10ans auparavant, qui a réussi à se séparer d’un peloton en vélo SEULE et larguer tout le reste du peloton…à multiples occasions!  Sa puissance en vélo est phénoménale.  Duffy est sacrée championne du monde ITU en 2016 et en 2017 via sa force en vélo et une course à pied hors pair.

Plus précisement, en 2016 elle gagne dans la même année : le championnat du monde ITU (WTS), le mondiale ITU cross triathlon (ici), ET le championnat mondiale xterra ! En fait elle a gagné le championnat du monde de cross triathlon 2 fois dans sa carrière, le Xterra de 2014 à 2107, et aussi en fin 2019 (5 fois!) !

Doit-on interpréter que le vélo de montagne et la course en trail c’est une bonne affaire pour une future triathlète ? …oui!

Voici la progression de Flora en WTS:

  •  2014: 61eme
  • 2015: 7eme
  • 2016 : #1!  (8eme Olympiques 2016)
  • 2017:  #1!
  • 2018:   🙁
  • 2019:  le retour.

Née en 1987 Flora a 33ans aujourd’hui.  En 2018 elle subi une blessure au pied gauche qui tarde à guérir.  Ayant participé aux Olympiques de 2008 (DNF: lappé par la première! ), 2012 (45eme)  et 2016 (8eme), elle décide de sacrifier le reste de la saison 2018 et la majorité de 2019 pour guérir à 100% et focuser uniquement sur Tokyo 2020.  Il ne lui reste que ça à son palmarès.   Lors de ses premieres courses à son retour en 2019 elle finit 3eme à l’événement test de Tokyo (1ere après les disqualifications), victorieuse au prestigieux Triathlon de Beijing, et finit 5eme en fin de saison au championnat du monde à Lausanne. Ses réactions ici!  Tout un retour à la compétition.  Sa motivation y est encore, et avant de graduer et DOMINER sur la distance 70.3 en 2021, mon pari est qu’elle va reprendre les victoires en WTS en 2021 pour un podium olympique!

#4: Georgia Taylor-Brown (GTB)

Voilà une autre triathlete anglaise…de Leeds encore!  Duathlete en 2012, elle complete son premier triathlon en 2013 à l’age de 20ans. ‘GTB’ est parmi la nouvelle vague de jeunes stars du triathlon féminin issue de Leeds et du programme anglais.  L’équipe anglaise est tellement forte qu’elle a pu seulement compétitionner en ITU en 2017 vue le nombre de place limité par pays et la qualité des triathletes anglaises.

  • 2016 : 116eme
  • 2017 :  75eme
  • 2018 :  3eme
  • 2019 : 3eme

GTB n’a que 26ans présentement et elle sait à quoi s’attendre pour être la numéro 1.  Mais peut-elle s’y rendre?   Elle figure sur l’équipe olympique anglaise et est parmi ses meilleurs espoirs pour 2021.  Pourra-t-elle monter d’une marche ou deux au cumulatif?  En 2eme moitié de 2019 elle a dominé le circuit WTS …à voir pour 2021!

#5: Cassandre Beaugrand (FR)

Née en 1997, 3ans plus jeune que GTB, Beaugrand sort d’un programme de triathlon national français épic (ici!)  La France compte plusieurs hommes parmis les meilleurs au monde (Luis, Bergere, Lecorre, Alouette) sur le circuit WTS et maintenant cette jeune génération de françaises se démontrent sur la scène internationale; Beaugrand, Merle, Morier, Periault et Dodet.

En 2015, âgée de seulement 19ans, elle sort du circuit junior pour compétitionner en WTS contre les grandes.  Elle réalise rapidement que la marche est très haute n’ayant pas même assez de points pour se qualifier au départ de plusieurs courses.  Mais, elle persiste:

  • 2016 : 103eme
  • 2017 : 47eme
  • 2018 : 26eme
  • 2019 : 8eme

En 2018 la vie change avec sa première victoire convaincante à Hamburg (ici) et ensuite une  2eme place à la grande finale (U23)  à Gold Coast au championnat de fin d’année, que j’ai pu voir en personne! 2019 fut une année de transition avec moins de victoires mais plus de constance.  .À seulement 23ans elle figure parmi les favorites pour une médaille à Tokyo, et avec GTB représente la relève du triathlon féminin.  Choix controversé pour une 5eme place!

#6: Taylor Spivey (US)

Paul tu as mis Spivey 6eme! Quoi ? Âgée de 29 ans, fille de parents ‘age groupers’ Ironmans, et conjointe du champion du monde Vincent Luis,  Spivey a connu une trajectoire impressionnante vers les sommets de la ITU.  Taylor figure TOUJOURS parmi le top 10 des courses en 2018 et 2019.  Une vrai métronome.

  • 2016 : 50eme
  • 2017 : 12eme
  • 2018 : 8eme
  • 2019 : 4eme

Pourquoi si bas dans le classement?  Elle n’a pas encore gagné une course individuelle.  Il manque un ‘petit quelque chose’, une touche élite dans la course ou le vélo pour monter sur le podium et surpasser les autres élites.  Avec la liste de triathletes mentionnée ci-haut, la marche entre un top 10 de façon régulière et le podium est assez grande.  J’espère sincèrement que Taylor continue et monte sur un podium en 2020 ( ou 2021)!

#7+: Pas facile

Où sont :

Elles sont toutes, à mon humble (TRÈS humble) avis dans le 2eme groupe en attente.  Gentle semble désintéressée en 2020 et a connu plusieurs difficultés en 2019 sur le circuit WTS.   Lindermann va-t-elle surprendre à nouveau en 2021, est-ce que sa course va s’améliorer? Holland a-t-elle gradué vers le 70.3 ou retrouvé la flamme des courtes distances ?  Klamer peut-elle sortir du 8-10eme place et gagner régulièrement avec une course à pied dominante en 2021?

Je ne sais pas, mais une chose est certaine, il y a beaucoup de talent dans le peloton féminin de triathlon.

Oublie PAS!

La seule et unique course de ITU est en fin de semaine sur triathlon live (et la course à relais aussi: c’est vraiment cool, on devrait faire ça!), j’ai hate de voir comment mes prévisions vont performer 🙂

Le prochain blogue;  les meilleurs sprints finish en triathlon 🙂  (vidéos inclus) ou sommaire des talents canadien(ne)s!